La randonnée est une activité par excellence des amoureux de la nature et des adeptes de sport, car elle assemble à elle seule ces deux passions. Le randonneur découvre le paysage en marchant à son rythme tout en contemplant la beauté à l’état pur de sa destination. Gérer les efforts fournis pendant ce moment unique n’est donc pas à prendre à la légère aussi bien pour les débutants que pour les plus expérimentés.

Bien fixer l’objectif dès le départ

La randonnée à pied se pratique en solo, en duo ou en groupe. Il est essentiel de fixer l’objectif des itinéraires, qu’il s’agisse d’une randonnée de quelques heures, d’une aventure d’une journée ou bien d’une grande randonnée de quelques jours. Fixer l’objectif veut dire dans ce cas bien planifier le programme d’une journée et les buts réalisables. La vitesse moyenne de marche des débutants est entre 1,5 à 2,5km par heure, plus de 4km pour les experts en trajet normal. Le randonneur définit donc le nombre de kilomètres qu’il parcourra en une journée. Évidemment, la solution d’avoir la capacité à atteindre cet objectif est l’entraînement. S’entraîner au moins 40 minutes 2 à 3 fois par semaine est une bonne initiative pour préparer le corps aux grands efforts lors de la grande marche. Et puis, le mental joue un rôle très important. Il est évident de toujours mettre en tête que le but de l’activité est d’admirer la nature en faisant du sport et de se faire plaisir. Le site www.clubaltitude.fr donne des détails pour plus d’informations.

Trouver le bon rythme adapté à son corps

Savoir écouter son corps est l’une des clés de la réussite d’une randonnée pédestre. Il est donc indispensable de trouver le bon rythme de marche pour avoir la vitesse moyenne de marche dans la journée. Mieux vaut démarrer avec une vitesse lente plutôt que de faire des arrêts fréquents, ce qui engendrerait plus de fatigue. En d’autres termes, ralentir le pas en cas de fatigue est plus juste que de s’arrêter brusquement. En outre, pratiquer la randonnée à pied nécessite une meilleure adaptation pour savoir jusqu’où le corps peut supporter. Faire la randonnée est à donner à tout le monde à condition d’avoir une capacité physique adaptée. Le mieux est de commencer le parcours tôt le matin. Cela permet d’éviter les chaleurs suffocantes du midi pendant la montée et bien évidemment d’aller à son rythme. Savoir s’arrêter en prenant des pauses régulières laisse également les muscles s’essouffler tout en admirant le beau paysage devant soi. Enfin, il est donc logique de terminer la journée par quelques étirements en soulageant les muscles et prévenir ainsi les courbatures et les crampes.

Mieux s’équiper pour mieux gérer

Bien connaître le terrain et les parcours nécessite un bon équipement pendant la marche. La première chose à faire est donc de trouver les bons éléments à porter tels que le podomètre, un allié de grande taille. Utiliser des bâtons de randonnée ajustés à sa taille réduit également les impacts du sol sur les articulations, limite la fatigue articulaire. Mais aussi, s’équiper en fonction de la météo aide à trouver les bonnes allures et tenir la vitesse moyenne de marche. Les lunettes de soleil, la crème solaire et le chapeau sont les meilleurs amis en période estivale, tandis que les vêtements chauds tels que le bonnet et les gants accompagnent le randonneur motivé pendant le froid hivernal et dans les endroits à température plus basse en altitude. Les petits gadgets comme le GPS, la boussole, la carte et le guide de sentier de randonnées aident à guider le randonneur. L’essentiel est de marcher léger en apportant les choses les plus utiles et d’avoir un bon équipement de qualité pour se sentir à l’aise pendant la marche.

Bien s’hydrater pour mieux récupérer

L’hydratation joue un rôle majeur avant, pendant et après l’effort. Boire quatre litres d’eau en une journée permet de récupérer les eaux perdues durant la marche et éliminer les toxines. Alors, il est vivement conseillé de boire en petite quantité toutes les 15 ou 20 minutes pour apporter de l’eau à son corps pour atteindre la vitesse moyenne de marche. La petite astuce des randonneurs expérimentés est l’utilisation d’une pipette. Elle facilite l’hydratation sans enlever le sac à dos tout en continuant à marcher. Le fait de boire empêche d’avoir des douleurs musculaires et des jambes lourdes après une journée riche en découvertes. Une bonne alimentation contribue évidemment à la bonne gestion des efforts. Les glucides et les protéines sont à privilégier, car ils redonnent de l’énergie. Le mieux serait de choisir des aliments riches en féculents à savoir le riz ou les pâtes et en protéines comme les viandes sèches au moment du repas surtout le soir. Et aussi, prendre des petits en-cas en mangeant des barres de céréales en milieu de journée pour récupérer facilement est nécessaire.